Une vie-ensemble

Coline est venue vivre quelques jours de retraite selon les Exercices Spirituels de Saint Ignace à la Thumenau. Elle nous en offre un beau témoignage.

Je suis partie en voyage. Un voyage intérieur à 20 km de mon appartement strasbourgeois pendant 5 jours. Et pourtant j’ai eu l’impression d’être partie 3 mois, d’avoir parcourus 3000 km et d’avoir gravi 3 monts. Incomparable bien sûr avec mes voyages au Canada, en Bolivie ou encore au Cameroun. Mais ce genre de voyage est bien plus profond.

Partie sans objectif, ni attente, cette retraite m’a permis de retrouver la soif et la faim de Dieu.

Ce que j’aime dans les haltes spirituelles c’est que nous partons pour certains sans raison, ou en tout cas sans raison clairement identifiée, pour finalement faire une pause, se reposer, se poser des questions, déposer au creux des mains de Dieu notre personne pour un temps…

… et Dieu opère… on repart finalement transformée, avec un souffle nouveau, plus de clairvoyance et un cœur grand ouvert. 

Je rends grâce pour l’action de Dieu dans ma vie, pour son appel à ce retrait au monde. 

Le Seigneur m’a guidée vers la Communauté du Puits de Jacob. Une belle et grande famille qui accueille à bras ouverts. Ici des fées œuvrent à chaque moment de la journée afin d’embellir les lieux de partages. 

Entourée de nature, rythmée par les temps de prières et d’offices, je me reconnecte doucement, timidement. Le cheminement se fait en silence. Un silence qui apaise, qui guérit et permet le dialogue intérieur.

Ouvrir son cœur plus largement demande du temps. Merci Père bien aimé pour ce temps.

Trop habituée à la distraction, la peur du vide, du creux, cette pause est salvatrice. Je me sens à présent connectée, l’alliance est renforcée et ma relation avec Dieu nourrie.

Cette parenthèse permet également de poser les valises, de s’éloigner du quotidien, du travail, de l’intendance, bref votre charge mentale vous en remercie ! Tout n’est pas facile ; plus on progresse, plus on mesure que le chemin vers la sainteté est long. Mais si le Christ nous appelle à l’emprunter, comment refuser une telle invitation ?

« Tout ce qui se passe dans la retraite, fait partie de la retraite » me confie mon accompagnatrice. Oui, il y a le doute, la peur, la flemme, le découragement. Des (remises en) questions s’installent : pourquoi fais-je cela ? vais-je accepter d’être chamboulée ? de m’abandonner à Dieu ? et puis l’élan revient car tout est lié : les moments difficiles nous préparent à des joies immenses. Oui, on est heureux d’avoir traversé ces épreuves avec Jésus. Et enfin, il ne reste plus que la gratitude. Jésus nous connaît si bien ; il sait ce qui est bon pour nous, alors prenons le temps de l’écouter !

Coline


A lire aussi

Laisser un commentaire Annuler la réponse.