Être sel

Une foi incarnée, voilà ce que nous sommes appelés à vivre ! Comment ma Foi, au creux de la Parole de Dieu, me porte-t-elle dans le concret de ma vie ? Comment le réel de mon quotidien (mon travail, mes engagements, mes relations familiales, amicales, fraternelles…) devient-il le lieu où se dit et où grandit ma foi ?

Amis ou alliés du Puits et communautaires en témoignent.

Claire, Alliée, nous partage comment la Parole est venue la susciter au cœur d’une de ses journées de prof…

Lorsque ma journée de travail démarre tôt, je prie dans ma voiture avec le podcast ignatien Prie en chemin. La semaine dernière, la méditation de Mc 9, 41-50 invitait à s’arrêter sur les gestes du quotidien donnés au nom de son appartenance au Christ, et la prière se terminait par cette question :

« Quelle saveur vais-je donner aujourd’hui au sel qui est en moi? »

J’ai ouvert ma journée à l’Esprit-Saint et ai dit au Seigneur mon désir d’être sel… et puis je suis arrivée au collège et retrouvant mes élèves j’ai vite oublié cette prière…

En milieu de journée je participe à une réunion au sujet d’un élève en situation de phobie scolaire. Une heure d’échanges laborieux et tendus ne fait pas avancer les choses : parents, médecin, direction, enseignants, chacun est attaché à montrer qu’il fait sa part et ne peut être tenu pour responsable… Au final demeurent un élève en difficultés, une famille en souffrance, et un système qui ne sait comment faire.

La visio se termine, je me déconnecte et monte intérieurement la nécessité d’appeler là, tout de suite, cette maman juste pour lui dire mon soutien, lui dire que j’ai entendu leurs difficultés, juste pour signifier que « je suis avec », que nous sommes « avec », et que je crois en un chemin.

Certes elle me connaît, nous avons déjà été en relation parent-prof il y a quelques années, mais je contrecarre : non, ce serait quitter le champ professionnel, et puis la réunion est finie… 

L’appel intérieur est insistant, surgissent ces mots  « être sel aujourd’hui, donner ma saveur »… je suis surprise mais je me rends car je reconnais la façon de faire de l’Esprit-Saint quand il se dit en moi comme une évidence. J’ai appris à accueillir mon souci des élèves et de leurs familles comme un trait particulier me venant de Dieu, si je ne donne pas cette saveur qui la donnera?  

L’appel intérieur est insistant, et surgissent ces mots  « être sel aujourd’hui, donner ma saveur »…

Alors j’ai appelé cette maman, sans savoir comment j’allais dire ce qui était simple et facile fraternellement, mais qui là devait se dire dans un autre contexte. J’ai demandé à l’Esprit-Saint de mettre les mots ajustés dans ma bouche : je téléphonais en tant que professionnelle, mais depuis mon cœur « au nom de mon appartenance au Christ », au nom de qui Il m’appelle à être, avec ma sensibilité, dans mon inclinaison à prendre soin, dans mon expérience de maman aussi. 

Notre petit échange a été aussi simple que lumineux. Quand nous avons raccroché, il y avait dans les mots et la voix de cette femme comme un goût de Vie redonnée, de la confiance restaurée en un chemin possible. 

Joie et action de grâce !

Le propre du sel est d’être sel, si il ne se donne pas le monde perd en saveur, mais le sel lui-même se dénature et s’affadit…

Je me demandais parfois si, priée ainsi en voiture la Parole ne tombait pas comme une graine au bord du chemin… J’ai vu là qu’elle descend s’enraciner et ressurgit quand c’est l’heure. Si cela été un moment de lumière et de Vie pour cette maman, cela en a été un aussi pour moi. Le propre du sel est d’être sel, si il ne se donne pas le monde perd en saveur, mais le sel lui-même se dénature et s’affadit… Quel encouragement à être fidèle à la prière avec la Parole, à suivre les inspirations de l’Esprit-Saint dans le quotidien, quel encouragement à être fidèle à qui je suis car c’est un Autre qui m’envoie.

Claire


A lire aussi

2 commentaires sur « Être sel »

Laisser un commentaire Annuler la réponse.