Pourquoi se préoccuper de l’unité des chrétiens ?

Découvrez ici et sur sa chaîne Youtube « Solid Rock – Mettons les évangiles à l’épreuve », le dernier épisode du podcast de Peter Murfitt, ancien président de la FORA. Pour Jésus l’unité de ses disciples était une priorité absolue, pour l’apôtre Paul également. Peter raconte aussi son propre témoignage par rapport à l’unité des chrétiens. Les bases théologiques de l’unité des chrétiens sont solides. L’Église unie est la nouvelle humanité, instituée par Jésus qui est victorieux sur les puissances du mal. Sans unité, l’Eglise ne peut pas remplir son ministère de réconciliation. Mais l’unité des chrétiens marche : c’est une arme de construction massive !  


Cliquez sur la vidéo pour écouter l’interview de Peter Murfitt


Bonjour tout le monde et bienvenue à SOLIDE COMME UN ROC où nous mettons l’Evangile à l’épreuve. Je m’appelle Maté Dobrossy et je vais m’entretenir avec mon ami et voisin Peter Murfitt. Bonjour Peter.

Bonjour Maté et bonjour à tous nos auditeurs et auditrices.

Alors Peter, jusqu’ici dans nos podcasts nous avons parlé de la fiabilité historique des Evangiles n’est- ce pas ? Aujourd’hui nous abordons un sujet différent : pourquoi se préoccuper de l’unité de chrétiens ? Pourquoi ce sujet et pourquoi le traitons-nous maintenant ?

Le sujet va bientôt être d’actualité car nous rentrerons bientôt dans les semaines de prière pour l’unité des chrétiens [*** cet épisode est sortie sur le Podcast à l’occasion de la semaine pour l’Unité des Chrétiens]. De plus, il me semble que l’unité des chrétiens a été rendu plus difficile avec l’arrivée d’autres questions qui peuvent diviser, comme le complotisme, la vaccination contre le COVID-19 etc.

Tu penses que ces questions divisent déjà les chrétiens ?

Oui, parmi les gens que je rencontre les discussions peuvent être âpres.

D’accord. Mais revenons au titre de notre podcast. Pourquoi se préoccuper de l’unité des chrétiens ?

La première raison, et on va en traiter au moins six, est simplement que Jésus lui-même a prié pour l’unité des chrétiens dans sa grande prière en Jean chapitre 17. Il faut se rappeler que c’était juste avant son arrestation et sa mort sur la croix ; cela veut dire que c’était prioritaire pour Jésus.

Dans ce chapitre, Jésus a d’abord prié pour l’unité de ses disciples. Ensuite, dans les versets 20 à 26, il a prié pour ceux qui croiront en lui grâce à leur message : « qu’ils soient un pour que le monde croie que tu m’as envoyé. » Jésus n’a pas pu être plus clair : pas d’unité des chrétiens, pas de gens qui croiront à l’Evangile. Et nous continuons comme Jésus n’avait rien à faire de nos divisions. C’est un grand péché.

Oui, c’est effectivement très clair et bouleversant.

Et Jésus est cohérent. En Jean 13 :34-35 nous lisons : « Si vous aimez les uns les autres alors tous sauront que vous êtes mes disciples. » Conclusion : si vous n’aimez pas les uns les autres, personne ne saura que vous êtes mes disciples. Mon ami, le Père Bernard Bastian, le dit ainsi : « Personne ne se soucie de ce que nous disons et de ce que nous croyons. Les gens nous écoutent si nous nous aimons les uns les autres. »

Mais de quel type d’unité parlons-nous ?

Bonne question. Evidemment il ne s’agit pas de l’unité des cimetières : une uniformité morte, sans vie. Ni celle d’une soupe sentimentale, syncrétique embrassant toutes les religions, qui néglige la vérité. Non, nous croyons au Christ, qui est le chemin, la vérité et la vie. Ni une unité de façade, politique. Ni celle qui essaye de gommer toutes les différences du passé. Cependant, nous n’avons pas le droit de mettre ces différences en avant en critiquant nos frères et nos sœurs en Christ.

Je vois que cela vient de tes tripes.

Oui, effectivement, en tant que jeune chrétien (plutôt du courant anglican, évangélique et charismatique) je suis tombé amoureux et je me suis marié avec une jeune femme catholique.

Cela ne t’a pas posé de questions théologiques ?

Si je me suis posé des questions, mais le Seigneur m’avait déjà travaillé un peu. Dans ma quatrième année à l’Université de Cambridge, j’ai vécu dans un Institut de Recherche Biblique. Et là, j’avais découvert à ma grande surprise que les évangéliques n’hésitaient pas à citer les théologiens catholiques pour défendre la fiabilité historique du Nouveau Testament.

C’est fascinant. Alors quelles sont les bases théologiques pour l’unité des chrétiens ?

Dans le Nouveau Testament, nous voyons que la première profession de foi des chrétiens était simplement « Jésus est Seigneur. » Ensuite, Paul a précisé cela un peu dans 1 Corinthiens 15 :3 à 5 :

« Je vous ai transmis avant tout cet enseignement que j’ai reçu moi-même : le Christ est mort pour nos péchés comme l’avaient annoncé les Ecritures ; il a été mis au tombeau et il est revenu à la vie le troisième jour, comme l’avaient annoncé les Ecritures ; il est apparu à Pierre, puis aux douze apôtres… »

Enfin, toutes les confessions chrétiennes sont d’accord sur ce que nous appelons couramment le Crédo ou le Symbole des Apôtres ou le Symbole de Nicée.

Donc, les bases théologiques de l’unité des chrétiens sont sûres et certaines ?

Absolument. Simplement, il faut toujours viser l’essentiel. Le Crédo nous suffit. Nous n’avons pas besoin d’une profession de foi avec tout un tas de bagages secondaires. Gardons l’essentiel de notre foi, fondée en Jésus.

Très bien. Nous avons déjà donné deux bonnes raisons pour nous préoccuper de l’unité des chrétiens : Jésus lui-même et les bases théologiques. Que pouvons-nous apprendre de l’apôtre Paul à ce sujet ?

Nous pouvons beaucoup apprendre des épîtres et des priorités de l’apôtre Paul. Paul a travaillé sans relâche pour l’unité des églises individuelles et pour l’unité de l’église universelle. Commençons par ses épîtres. Selon Tom Wright, Paul a écrit l’épître aux Romains à cause de l’unité de cette église. Il est évident que l’unité est un thème majeur de 1 et 2 Corinthiens et d’Ephésiens. Paul fait un appel à l’unité en Philippiens et nous pourrions continuer ainsi.

Nicolas Thomas Wright, prêtre anglican et théologien du Nouveau Testament

Mais Paul a également dépensé beaucoup d’énergie en collectant de l’argent auprès des églises en Grèce et Asie Mineure afin de secourir l’église à Jérusalem, puisqu’il voulait protéger l’unité de l’église universelle.

Je n’avais pas pensé à cela. Ainsi, Paul portait dans son cœur l’unité de l’Eglise et des chrétiens ?

Oui, en lisant ses lettres, cette conclusion est claire. Personne, sinon Jésus lui-même, n’a autant travaillé pour l’unité des chrétiens.

Parfois, j’ai entendu des ecclésiastiques dire, avec une mauvaise foi impressionnante, que les épîtres de Paul montrent que l’église primitive ressemblait à l’église actuelle – plein de divisions. Autrement dit, les divisions entre les chrétiens d’aujourd’hui n’ont aucune importance. Ceci est vraiment erroné. Au contraire, les lettres de Paul démontrent qu’il considérait l’unité essentielle. D’où ses lettres pour combattre les divisions et rétablir l’unité.

Que peut encore nous enseigner Paul ?

Beaucoup de choses. En filigrane, dans les Evangiles, Jésus trace les fondations d’une nouvelle humanité. Paul le rend encore plus explicite, surtout dans l’épître aux Ephésiens. Dans chapitre 2 verset 14, il explique que Jésus apporte la paix. Jésus a réuni les Juifs et les païens dans une nouvelle humanité. Dans le chapitre 4 versets 1 à 6, il nous rappelle que nous faisons un seul corps dans le Christ. Et en chapitre 3 verset 10, il déclare que cette nouvelle humanité, l’Eglise unie, informe les puissances maléfiques que leur temps est compté.

Et je suppose que l’Eglise ne peut pas accomplir son ministère de réconciliation, dont Paul parle en 2 Corinthiens chapitre 5, si elle n’est pas unie ?

Tout à fait. Nous ne pouvons pas promouvoir la réconciliation entre Dieu et les hommes, ou entre les hommes, si nous ne sommes pas réconciliés et unis nous-mêmes. Il faut noter que l’église primitive était très forte dans ce domaine. En Actes chapitre 8, nous lisons que Pierre et Jean sont descendus de Jérusalem en Samarie afin de guérir 200 ans de séparation et de haine entre les deux peuples.

Je regarde le compteur. Nous sommes à cinq bonnes raisons pour nous préoccuper de l’unité des chrétiens : 1) Jésus lui-même, 2) les base théologiques, 3) les combats de l’apôtre Paul, 4) la nouvelle humanité et la déclaration de la victoire de Jésus aux puissances maléfiques et 5) le ministère de réconciliation.

Oui, c’est cela et nous n’avons pas encore fini.

Revenons un peu sur les moteurs de l’unité des chrétiens. On a fait du progrès depuis la deuxième guerre mondiale n’est-ce pas ?

Oui, je crois dans l’ensemble nous avons progressé un peu. En fait je crois qu’il y avait un ou deux moments de progrès énormes, suivis par des moments de déception et de recul.

Que veux-tu dire ?

David Du Plessis (1905-1987), pasteur pentecôtiste américain d’origine sud-africaine

Je pense que nous pouvons identifier un organisme, un évènement et un mouvement qui ont fait avancer les choses dans ce domaine. Le Conseil Œcuménique des Eglises, même si certaines personnes s’en méfient, le Conseil Vatican II de l’église catholique et le mouvement charismatique ont tous été moteurs.

Le Conseil Vatican II était un événement considérable. Dans les mots de mon journal anglais de centre gauche : « On a demandé aux catholiques de ne plus croire à l’église (catholique) mais à l’Évangile. » Un homme pentecôtiste, David du Plessis, a participé à la préparation de ce Conseil. Grâce à lui, un des messages forts du Conseil était qu’il fallait mettre la Bible, la Parole de Dieu, entre les mains de tous les paroissiens.

David a fait beaucoup de sacrifices personnels pour l’unité des chrétiens. Son histoire est bouleversante : à lire dans « A man called Mr Pentecost » et « The Spirit Bade me Go ».

Mais toi aussi, tu as vécu des choses intéressantes n’est-ce pas ?

Oui, là on revient sur le troisième moteur, le mouvement charismatique. J’étais présent lors d’une grande conférence internationale sur l’Esprit Saint en Angleterre au début des années 1970. Là j’ai rencontré l’amour et la puissance du Saint-Esprit ainsi que des chrétiens de tout un tas de confessions différentes. Pour moi, cette unité des chrétiens était une révélation. Nous avons eu une puissance dans l’évangélisation inouïe pendant quelques années. Beaucoup de jeunes et d’étudiants sont devenus chrétiens.

C’était donc une période de grande ouverture entre les confessions chrétiennes ?

Oui, c’était formidable. Les jeunes catholiques remplis du Saint-Esprit se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas formés dans ces domaines. Avec une grande humilité, et sans complexe, ils ont cherché conseil auprès des églises protestantes et évangéliques. Les cloisons entre les chrétiens tombaient partout. On peut lire le récit dans « Le Retour de l’Esprit » par Kevin Ranaghan.

Est-ce que les mêmes choses se passent aujourd’hui ?

Oui, où les gens sont fidèles à Jésus et à sa Parole et à l’Esprit Saint et ont soif de la présence de Dieu. Mais attention ! Il ne faut pas mettre d’obstacles sur la route !

Kevin Ranaghan, diacre catholique et figure importante du Renouveau Charismatique américain

Tu penses à quels obstacles ?

L’orgueil humain, l’orgueil de nos confessions respectives, l’ignorance, notre peur de l’autre, notre peur de l’inconnu, notre autosatisfaction, notre volonté de garder le statut quo. La volonté de garder le pouvoir et notre manque de soif de la présence de Jésus. Nous avons toujours une tendance à vouloir mettre le vin nouveau de l’Esprit dans de vieilles outres rigides (Luc 5 : 36-39) et cela ne marche pas.

Tu as beaucoup travaillé pour l’unité des chrétiens n’est-ce pas ?

Oui, localement j’ai le privilège de faire partie d’un groupe de catholiques, protestants et évangéliques engagés dans l’évangélisation. Et pendant 15 ans j’étais le Président d’une association régionale, engagée dans la formation pour l’évangélisation œcuménique et charismatique.

Qu’as-tu appris ?

Beaucoup de choses. Même si on doit toujours combattre les obstacles cités ci-dessus et les forces centrifuges qui amènent la division, les bénédictions d’unité sont énormes. Premièrement, dans un monde déchiré, les gens sont attirés par des chrétiens de toute confession travaillant ensemble. Je dis souvent que l’amour fraternel est une arme de construction massive.

Alors, Jésus avait raison ?

Bien sûr. D’abord, ce qui nous unit, Jésus, est plus fort que ce qui nous divise.

Deuxièmement, quand j’étais encore en activité et je discutais avec des collègues, j’introduisais souvent la conversation par mon travail d’évangélisation avec toutes les confessions chrétiennes ensemble. Les gens m’écoutaient.

Troisièmement, les grands mouvements du Saint-Esprit que j’ai vus personnellement ont été tous dans le cadre œcuménique.

Que veux-tu dire ?

Lors d’un de nos rassemblements œcuméniques et charismatiques, l’Esprit Saint est venu comme un vent violent, tout comme c’est écrit en Actes chapitre 2. C’était impressionnant !

J’ai aussi un ami pasteur allemand. Son église travaille avec les autres églises de sa ville. Il m’a dit qu’il n’a jamais senti la présence de Dieu aussi fortement que lors d’un rassemblement à Noël, avec toutes les églises réunies, dans la cathédrale de la ville. L’évêque catholique du lieu a donné une introduction très simple : « Nous sommes là pour Jésus. » Voilà, c’est ça l’unité de chrétiens : nous travaillons ensemble pour Jésus !

Donc, tu veux dire tout simplement que l’unité des chrétiens marche ?

Oui, Jésus, Paul et David du Plessis avaient raison. Je pense que notre grand problème est que nous sommes devenus trop conformes au monde, où il y a des luttes de pouvoir et les puissants divisent pour régner. Tandis que Jésus est venu pour servir et pour réconcilier (voir Marc 10 : 45).

Très juste. Nous avons touché beaucoup de domaines aujourd’hui. Récapitulons. Nous nous préoccupons de l’unité des chrétiens et nous prions et nous travaillons pour l’unité parce que :

  1. Jésus l’a dit
  2. Les bases théologiques de l’unité sont sûres
  3. Paul l’a fait
  4. L’Eglise unie montre l’existence d’une nouvelle humanité en Jésus qui est victorieuse contre les puissances maléfiques
  5. Sans l’unité des chrétiens l’Eglise ne peut pas remplir sa mission de réconciliation
  6. Cela marche ! L’amour fraternel est une arme de construction massive !

Oui, l’Eglise unie est l’espoir du monde, puisque seul l’Evangile peut transformer les cœurs des hommes et des femmes. Mais une église divisée ne peut pas apporter grand’ chose à ce monde déchiré. Nous ne sommes pas tellement forts et efficaces que nous pouvons gagner le monde pour Jésus avec une confession toute seule. Il faut le faire ensemble et cela aura plus d’impact.

Merci Peter et merci aux gens qui nous ont écoutés. En deux mois, notre sujet sera « De l’Or Pur de l’Apocalypse ».

Au revoir tout le monde !


Le site du Puits de Jacob va encore continuer son partenariat avec la chaîne Youtube « Solid Rock » dans les mois à venir. A bientôt avec d’autres épisodes !


A lire aussi

Laisser un commentaire Annuler la réponse.