DNAP (Dernières Nouvelles de l’Assemblée de Prière)

worms eye view of spiral stained glass decors through the roof

Partage de Caroline, responsable du groupe de louange aux assemblées de prière. Caroline et son mari Yvan cheminent vers un engagement en Communauté.

Étrange événement que ces assemblées de prière. Qu’en dire ? j’y suis arrivée lundi soir avec un sacré paquet de stress, de contrariétés, de fatigue, et avec pour seul mobile/motivation : « Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’Il m’a fait ? j’élèverai la coupe du Salut, j’invoquerai son Nom dans la grande assemblée »… un motif plus cérébral que joyeux… j’y suis allée « par devoir », parce que je suis engagée à ce service. Je suis même arrivée en retard… entre la nuit, la neige et le bouchon sur l’autoroute…

Il y avait une sorte de pagaille dans les préparatifs, mais ceux qui étaient là, qui avaient répondu à l’appel, ont « assuré grave », dans un bon climat, doux et volontaire, et tout était quasiment prêt à 20h. Quelques incidents techniques avec une vidéo-projection capricieuse, une assemblée très clairsemée même si elle s’est étoffée en cours de route, une unique guitare, pas d’autres instruments… je ne me souviens pas qu’on ait déjà été si peu… C’est moins entraînant, moins encourageant, quand on se retrouve si peu… un peuple de petits… d’estropiés, d’aveugles, de boiteux… un peuple qui a faim et soif de son Dieu. Un peuple béni, quoi…. Que de grâces ! On a coutume de dire qu’on ne ressort jamais de ces assemblées comme on y est arrivé. Mais c’était une fois de plus tellement vrai ! Quand on est devant, face à l’assemblée, on voit bien la différence entre le début et la fin de l’assemblée de prière. On voit bien qu’au début, il y a une sorte de lourdeur, de pesanteur. C’est assez statique, retenu…. Il y a plus de liberté et de légèreté en fin d’assemblée. N’est-ce pas ce que l’on vient chercher/goûter/toucher quand on vient à ces assemblées de prière ? C’est La Grâce, l’onction que l’on peut vivre au Puits de Jacob. Pardon si c’est un peu prétentieux de le dire comme ça, et gloire à Dieu pour cette si belle soirée, et merci à tous ceux qui ont été au service de cette « incarnation ».

J’en suis sortie avec trois choses :

  • Le besoin de témoigner/de faire ce petit retour pour les « absents ».
  • Un geste, à renouveler aussi souvent que besoin. La joie bondissante qu’on peut éprouver et qu’on peut avoir envie de manifester dans son corps… à la fin de l’assemblée, on était invités à marquer notre foi dans notre corps, en bondissant… ? ou quelque chose comme ça… je crois que je vais plus souvent taper du pied…. car dans mon cœur, cette invitation à « montrer notre foi dans notre corps » fait écho avec la parole de Jésus, qui invite ses disciples à secouer la poussière de leurs sandales là où ils ne sont pas accueillis… planter ma foi dans le sol, taper du pied… Non par résignation, rage ou colère, mais bien pour marquer dans mon corps le choix de suivre Jésus, la volonté de croire qu’Il est présent et agissant y compris dans les situations compliquées que je vais croiser… pour me rappeler que je peux m’appuyer sur Lui, encore et davantage, qu’Il est mon Roc.
  • La joie d’avoir été renouvelée moi aussi dans cette certitude qu’Il est avec nous tous les jours, qu’il nous attend, sans cesse. « Sors de la nuit viens à moi, je suis à toi pour toujours ».

Oui, la joie renouvelée de marcher avec Lui. Alleluia !

Puisse ce petit témoignage en susciter d’autres pour notre marche ensemble vers Noël. L’espérance habite la terre, à nous de la « mettre en pratique ». Non pas à la force du poignet et en accumulant les bonnes intentions, mais en restant attentifs et à l’écoute de ce que nous murmure le Saint Esprit. Soyez bénis, soyez bénédictions !

Caroline


A lire aussi

2 commentaires sur « DNAP (Dernières Nouvelles de l’Assemblée de Prière) »

  1. Quelle joie de te lire, Caroline, merci ! Et comme ton partage tombe bien pour moi qui vais vivre ce soir une réunion de jeunes où il y a du défi dans l’air (rangs clairsemés, timidité et retenue, …) et où il va vraisemblablement falloir ramer un peu, beaucoup, pour que la fameuse « soirée festive » proposée soit bien entrainante et joyeuse.
    Donne-moi, Seigneur, de savoir manifester dans mon corps, dans mon visage, cette Joie et cette Espérance que tu as plantées en moi. Tu me précèdes, tu me montres la route et la manière, et je sais que toi, tu seras bien au rendez-vous ce soir, le premier arrivé et le dernier parti. Fais que, en communion avec mes frères et soeurs du Puits, je n’oublie jamais la puissance de ta présence et de ton Amour et que j’aille à la rencontre des jeunes de ce soir, et aussi de toutes les réjouissances familiales et amicales de fin d’année, avec un coeur habité par Toi et sans cesse renouvelé !
    Ramer à la force du poignet, non. Mais plutôt, m’élancer à ta suite, de tout mon coeur, de tout mon corps !

  2. Joie de lire ce commentaire cet après-midi, et de me sentir aussitôt comme embarquée dans la foi, « engagée » pour cette soirée. Merci Catherine de ce partage ! Oui qu’il est bon pour des frères de demeurer ensemble et de s’appuyer, se porter les uns les autres…

Laisser un commentaire Annuler la réponse.