Porte du Ciel


Aujourd’hui, solennité de l’Immaculée Conception de Marie, une méditation de Enrica, Alliée.

« Je vous salue, pleine de grâce » : cette phrase a longtemps été pour moi le début d’une comptine dont je perdais rapidement le fil. C’est ce que répétaient, en marmonnant un peu, les vieilles dames en noir, le soir, chez ma grand-mère. Puis, aux yeux de la fille athée que j’étais, c’est devenu l’expression de croyances populaires, de statuettes couronnées de néon, de paroles incantatoires vidées de sens. Jusqu’à mon voyage à Lourdes.

« Je vous salue, pleine de grâce » : dans la longue queue qui me mène aux vasques, je me retrouve pressée par un groupe de dames italiennes en noir qui répètent leur rosaire, à une telle vitesse qu’il est impossible de les suivre. Me voilà plongée à nouveau, et malgré moi, dans cette foi concrète, quotidienne, incrustée de prières jaculatoires, de gestes obsessionnels de dévotion, que je trouve un peu idolâtre, un peu rustre. Je procède lentement vers les vasques : on me demande d’ôter mes vêtements et de me couvrir d’un linge blanc. Je suis toute nue, je suis comme les autres, j’attends. Et puis l’émotion de l’eau, l’immersion dans cette longue histoire, faite de gens simples, de prières faciles, et de foi.

En sortant de l’eau, toute ma prétention savante et mon mépris ont disparu. Reste une phrase : « Que soy era Immaculada Councepciou ». C’est ce que la dame en blanc a dit à Bernadette, dans son dialecte, pour être sûre qu’elle comprenne le mystère que personne ne comprend : je suis l’Immaculée Conception. Dans ce dogme, la foi des simples rejoint les mystères des théologiens. C’est Bernadette qui nous enseigne, ce sont les jaculatoires du rosaire qui disent ce qu’est Marie : « porte du ciel », « étoile de la mer », « coupe de la joie », « clef du royaume ».

Marie est tout cela : celle qu’invoquent les humbles et celle qui ouvre pour tous la porte du ciel. Car Marie est le signe, pour nous tous, que le salut est possible. Elle n’est pas d’origine divine comme Jésus, mais une simple femme comme nous : son « oui » est à portée de main, c’est le choix, tout humain, d’accueillir pleinement ce que Dieu veut pour nous. Marie est comme nous, mais nous devance : elle est déjà entièrement renouvelée par la grâce, car l’éclat du Christ a débordé sur elle en la libérant du péché dès avant sa naissance ; elle est déjà montée au ciel, la première parmi les créatures de Dieu, afin d’être dans toute sa personne devant Dieu pour l’éternité. C’est ce que nous dit le dogme de l’Immaculée Conception, que nous fêtons le 8 décembre : Marie est la preuve que le salut est possible pour tous.

Pour les pères du Concile, Marie « se trouve réunie à l’ensemble de l’humanité qui a besoin de salut », par son consentement elle « donne au monde la vie destinée à tout renouveler ». Grâce à elle « le renouvellement du monde est irrévocablement acquis : désormais, sur terre, l’Église est parée d’une sainteté encore imparfaite, mais déjà véritable » (Lumen Gentium 52-56).

« Je vous salue, pleine de grâce », c’est à moi que s’adresse cette parole. C’est moi qui suis comblée de grâce, car Dieu m’a choisie, avant la fondation du monde, pour être sainte, immaculée, devant lui, dans l’amour (Ep 1, 4). C’est moi qu’il a bénie et comblée de toutes les bénédictions dans le Christ (Ep 1, 3). C’est à nous tous que l’ange s’adresse, pour que nous disions oui, et que nous accueillions la plénitude de Sa présence, pour vivre dans un monde nouveau, immaculé, libéré du péché, dans la louange de son amour sans fin (Ep 1, 12). Ce monde existe déjà : c’est Marie, par son consentement, qui en a ouvert les portes, c’est elle, la première en chemin, qui nous invite à vivre de la joie qui n’aura pas de fin.

Enrica Zanin 


Pour en savoir plus, lire Lumen Gentium (Chapitre VIII) et l’encyclique Redemptoris Mater


A lire aussi

Je suis en attente

Dans notre cheminement d’Avent, Véronique Mercky, Communautaire, témoigne de son espérance et de son attente de Celui qui vient. Véronique a rejoint…

Trouée de lumière

 Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de…

Chacune par son nom

Levez les yeux et regardez : qui a créé tout cela ? Celui qui déploie toute l’armée des étoiles, et les appelle…

2 commentaires sur « Porte du Ciel »

  1. « ….la libérant du péché dès avant sa naissance »
    encore faut il qu’il y en ait un… répéter des formules de caté, je sais faire aussi; les comprendre, c’est au dessus de moi, d’ailleurs je ne connais personne qui en est capable .
    Même Jésus n’en parle pas! c’est quand même bizarre, alors que cela devrait concerner chaque être humain.

  2. J’aime l’idée de Marie « Porte du ciel, étoile de la mer, clef du royaume… » Tous ces noms poétiques et tendres manifestent qu’elle, Marie, ouvre un chemin vers Dieu à toutes les parties de moi : celle qui veut comprendre, remettre en cause et théoriser, celle qui croit comme un enfant, celle qui veut « faire quelque chose », celle qui ne désire que demeurer dans le silence…
    Son « oui à portée de main » est une promesse toute simple : Dieu est proche, et peut–être qu’en réalité, moi-même, je ne suis pas si loin…

Laisser un commentaire Annuler la réponse.