Prendre soin du Tout-Petit de la crèche

« Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne peux rien garantir d’avance. Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider – et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu. »

Etty Hillesum

« Oui un enfant nous est né, un Fils nous est donné » Is 9, 4

« Voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire » Lc 1, 14

Tout le monde sait qu’un nouveau-né ne peut survivre seul, il a essentiellement besoin que l’on prenne soin de lui. Comment allons-nous prendre soin de ce tout-petit de la crèche qui nous est confié et déposé au creux de notre cœur ?

« Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi mais je ne peux rien garantir d’avance (…) Il m’apparaît de plus en plus clairement à chaque pulsation de mon cœur que tu ne peux pas nous aider, mais que c’est à nous de t’aider et de défendre jusqu’au bout la demeure qui t’abrite en nous » écrivait Etty Hillesum dans son journal le 12 juillet 1942.

Les parents savent que la naissance d’un enfant, comme l’écrit le pape François « met en mouvement des énergies imprévues et fait surmonter fatigues, gênes et nuits blanches, parce qu’elle porte un grand bonheur face auquel rien ne semble compter ! ».

Que ce grand bonheur du Christ Sauveur qui vient, libère en nous des énergies d’Amour et de Vie pour prendre soin de Lui en nous, dans les autres, dans notre communauté, dans l’Eglise et dans le monde ! Telle est la Joie de Noël qui nous fait répondre largement Amour pour Amour.

Que cette grâce de Noël nous soit vraiment donnée !

François Vignon


A lire aussi

Et Dieu vit…

Et Dieu vit que cela était bon (Genèse 1, 12). Une oeuvre d’art…

Laisser un commentaire Annuler la réponse.