Lettre de Noël 2020


« Annulé », « annulé », tel est malheureusement le mot que ressasse le plus notre agenda communautaire ordinairement si volubile… Je dois avouer que lorsque le 30 septembre dernier nous avons lancé le Comité de Rédaction de la présente Lettre du Puits, je manquais singulièrement d’enthousiasme : qu’avions-nous à partager, que pouvions-nous dire après tous ces mois sans activités de mission pour cause de confinement ?

Et pourtant. Cette pause d’activités apostoliques, en nous forçant à ralentir le rythme, a insensiblement déplacé notre regard sur elles de la surface à la profondeur. Ainsi, prier davantage personnellement, lire la Bible gratuitement, nous nourrir par des lectures spirituelles, retrouver le goût des partages du cœur, rafraîchir l’esprit de service, soigner notre liturgie, et tant d’autres choses, oui, progressivement c’est tout un agir souvent considéré comme d’arrière-plan qui prenait de la densité et qui nous était restitué comme essentiel pour la qualité de notre mission communautaire. Cette prise de conscience a fait l’effet d’un baume sur le corps communautaire. […]

Vous n’allez donc pas vous ennuyer en lisant cette Lettre de Noël. Vous pouvez même vous attendre à en recevoir un bel élan d’Incarnation de la Bonne Nouvelle ! En vrac : avec François Vignon, le Seigneur vient de nous confier un nouveau Modérateur. Il nous partagera ce qui l’anime au seuil de cet important service pastoral. De nouveaux visages communautaires apparaissent à peine que déjà d’autres s’annoncent, ici et au Togo. Joie et action de grâce ! Et puis, notre souci que le charisme de la Communauté traverse autant les petites choses que les grandes nous a conduits à innover dans le démarrage des journées à la Thumenau. À découvrir ! On entendra avec profit les échos des activités de mission qui ont pu avoir lieu malgré tout, ici et au Togo : décidément, rien ne peut étouffer la puissance créatrice du Saint-Esprit !

Au seuil de l’Avent, nous avons entendu le Seigneur nous dire avec une certaine solennité cette parole (Mc 13,37) que nous ne devrions en fait jamais oublier :

« Si le maître de la maison arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »

P. Bernard Bastian



A lire aussi