Le bonheur d’être au service

Pour chacune de nos activités, sessions ou retraites, une équipe se met au service de l’accueil des participants. Pascale témoigne de ce qu’elle y a vécu : venue pour servir elle a elle-même reçu…

« Donne-moi à boire! » (Jn, 4) : quelque chose de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine se vit entre la Communauté et ceux qui viennent l’aider à faire vivre la Thumenau – accueil au service des retraitants, potager, fleurs, parc, entretien de la maison, réparations, petits travaux… Quelques heures ou quelques jours, venez vous aussi y goûter! Pour cet été – abondance de 🥕🍅🥒🍓🍆 à récolter ! ou à la rentrée, cliquez ici pour contacter Agnès par email pour plus de précisions sur les besoins et possibilités.

J’ai connu la communauté par le biais du réseau Santé, et je la fréquente maintenant depuis une quinzaine d’années. J’en suis devenue Alliée en septembre dernier, un peu comme une évidence. J’avais beaucoup reçu à l’occasion des différentes retraites auxquelles j’avais participé, et j’avais apprécié la présence discrète mais efficace des différentes équipes d’accueil.
Je voulais m’engager à mon tour, soutenir la communauté pour qu’elle soit en mesure de poursuivre sa mission de « restauration de l’homme dans toutes ses dimensions ».
J’avais donc fait l’expérience d’intégrer une équipe d’accueil à l’occasion d’une retraite en silence de 4 jours. Là j’ai goûté la richesse des partages au sein de l’équipe d’accueil. Nous faisions vraiment équipe ensemble : répartition des tâches en fonction des capacités et des goûts de chacun : préparation du petit déjeuner, vaisselle, cuisine, installation du couvert, ménage, service des repas, répondre aux besoins des retraitants… tout en essayant de faire en sorte que chacun puisse aussi avoir un peu de temps personnel pour prier, se reposer ou aller se promener dans cette belle nature.
Nous étions dans la joie de faire connaissance, de rendre service et de passer du temps avec le Seigneur. Ensemble, cela m’a paru si léger. Mais le plus grand bonheur, c’était de voir les visages des retraitants s’éclairer au fil de leur cheminement personnel. Je suis repartie sereine et aucunement fatiguée.

j’ai rendu grâce à Dieu d’avoir pu indirectement et modestement contribuer à ces renaissances

Le summum s’est passé l’été dernier lors de la retraite Sichem (9 jours), avec la pandémie en toile de fond, alors que je sortais moi-même d’un Covid. Je faisais partie de l’équipe d’accueil. C’était dense, il y avait beaucoup à faire, il fallait porter le masque en permanence pour toutes les tâches, et respecter toutes les règles d’hygiène renforcées. Mais je me souviens avoir traversé ça dans la joie, dans le partage, dans la paix. J’ai particulièrement apprécié les moments d’échange avec l’équipe d’animation pendant le petit déjeuner, la prière pour les retraitants, les tisanes du soir où au fil du
temps de plus en plus de communautaires ou membres de l’équipe d’animation venaient pointer le bout de leur nez, et aussi… nos fous rires, que je garde encore en mémoire aujourd’hui comme un précieux trésor. A la fin, voir partir les retraitants heureux, pleins de gratitude pour ce qu’ils avaient reçus, c’était le plus beau des retours que je pouvais espérer, et j’ai rendu grâce à Dieu d’avoir pu indirectement et modestement contribuer à ces renaissances.

Si vous ne l’avez pas encore expérimenté, je vous invite vivement à le faire : vous n’imaginez pas ce qui peut se passer, ni ce que cela peut vous apporter, vous en serez les premiers surpris. Si vous n’essayez pas, vous ne savez pas ce que vous manquez !

Pascale Ambros, alliée


A lire aussi

Eglise verte

Le label « Eglise verte » est un outil à destination des paroisses, mouvements et établissements chrétiens qui veulent s’engager pour le soin deLire la suite « Eglise verte »

Laisser un commentaire Annuler la réponse.