Mis en avant

Une force viendra… un parcours entre Pâques et Pentecôte

Chers frères et sœurs, 

Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Nous avons maintenant sept semaines face à nous pour comprendre davantage ce mystère pascal si intimement lié au mystère du Saint Esprit.

La Communauté vous propose cette année un parcours entre Pâques et Pentecôte pour nous aider à accueillir de manière renouvelée la présence et la puissance du Saint Esprit dans l’ordinaire de nos vies:

« Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous » (Ac 1,8)

Nous allons vous proposer à partir du 25 Avril et jusqu’à Pentecôte : les lundis, une lecture spirituelle ; les mercredis, des conférences sur le Saint Esprit avec des invités d’exception et des Communautaires (en présentiel, accessible à distance par Zoom) ; et, les vendredis, une homélie du Père Bernard Bastian. Inscrivez-vous à notre newsletter ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter pour ne rater aucun épisode.

Puisse cela nous aider à grandir dans notre vie spirituelle au quotidien, nous renouveler dans notre amour du Père et du Fils, de l’Eglise et dans notre zèle à annoncer la bonne nouvelle de l’Evangile !

François Vignon, Modérateur de la Communauté


Les conférences de notre parcours

Les mercredis à 20h30 en présentiel à la Thumenau et par Zoom ; enseignements, suivis d’un temps de partage en petits groupes, chant et prière conclusive (durée ~1h30).
La participation est gratuite mais vous pouvez soutenir notre mission par un don.

Mercredi 27 avril 2022 – MONIQUE GRAESSEL
« Nous livrer ensemble à la puissance vivifiante et transformante du St Esprit ! »

C’est ensemble, en peuple de Dieu, que nous allons nous disposer et nous encourager afin d’accueillir le souffle de l’Esprit, celui seul qui donne élan à nos vies, et nous ouvre à la joie d’être frères et sœurs en Christ.

Monique Graessel est membre de la Communauté du Puits de Jacob. Sa joie est de faire connaître le trésor qu’est la spiritualité ignatienne. Elle anime des sessions et des retraites spirituelles, notamment les Exercices Spirituels de Saint Ignace. Elle a été modératrice de la communauté pendant 12 ans.

Mercredi 4 Mai 2022 – CARLOS PAYAN
« Par le Saint Esprit nous sommes l’Evangile d’aujourd’hui »

Du prophète Esaïe au Magnificat de Marie puis de l’Evangile de Jésus-Christ jusqu’aux Actes des apôtres tout au long de l’Eglise à travers les saints et bienheureux pour arriver à nos contemporains et voisins ! Nous sommes le message pour le monde. Nous sommes une lettre rempli de la puissance du Saint Esprit pour annoncer « le bras de l’Eternel » pour sauver, guérir et aimer encore et toujours.

Carlos Payan est un pasteur protestant évangélique qui a très à cœur l’Unité des chrétiens. Il a une parole de feu et exerce un puissant ministère de guérison. Il est fondateur et responsable de l’association « Paris Tout est Possible ».

Mercredi 11 Mai 2022 – P. BERNARD BASTIAN
« Laissez-vous conduire par le Saint-Esprit ! » (Ga 5,16)

L’Esprit Saint met en nous un cœur filial qui bat au rythme de celui de Jésus. Il nous faut donc apprendre à reconnaître la petite voix du Saint-Esprit qui parle à l’intérieur de nous.

Le P. Bernard Bastian est membre de la Communauté du Puits de Jacob depuis de nombreuses années. Par son ministère de prêtre, de prédicateur et d’accompagnateur personnel, par sa vie en fraternité aussi, il a acquis une grande expérience spirituelle qu’il aime mettre au service de tous les assoiffés de Dieu.

Mercredi 18 Mai 2022 – STÉPHANE KAKOURIDIS
« L’Esprit Saint, notre consolateur »

Nous découvrirons à travers les Saintes écritures toute la force et la richesse de la consolation qu’apporte le Saint Esprit et comment l’accueillir avec largesse.

Stéphane Kakouridis est pasteur de la Communauté Saint-Nicolas à Strasbourg, une communauté de l’UEPAL, de sensibilité charismatique et à vocation œcuménique. Il intervient dans différents milieux d’Eglise, de toutes confessions et dénominations, pour partager sa passion pour l’Evangile, la vie dans l’Esprit et l’unité des chrétiens à travers l’enseignement, la prédication et l’animation de retraites spirituelles. 

Mercredi 25 Mai 2022 – FRERE ANTOINE-EMMANUEL, fmj
« Ces ossements peuvent-ils revivre ? »

C’est Dieu Lui-même qui pose cette question à Ézéchiel. Ce qui se traduit aujourd’hui en ces termes : « Tu vois dans quel désastre se plonge l’humanité ? Alors, une vie nouvelle est-elle encore possible ? Comment la vie peut-elle jaillir de la mort ? » Une lecture attentive du chapitre 37 d’Ézéchiel nous en dit long sur l’impossible qui devient possible, jusqu’au plus intime de nos vies. Par l’œuvre inattendue et toujours nouvelle de l’Esprit Saint.

Frère Antoine-Emmanuel est moine de la Fraternité Monastique de Jérusalem à Florence.

Mercredi 1 Juin 2022 – SŒUR DANIELLE
« Dans le Saint Esprit nous grandissons en liberté et en joie »

Les sœurs du Hohrodberg vivent selon cette règle : « Prie et travaille pour qu’Il règne, que dans ta journée labeur et repos soient vivifiés par la Parole de Dieu. Maintiens en tout le silence intérieur, pour demeurer en Christ. Pénètre-toi de l’esprit des béatitudes : JOIE, SIMPLICITE, MISERICORDE. »

Sœur Danielle est prieure de la Communauté des Diaconesses de Strasbourg.  Elle vit au Centre communautaire du Hohrodberg.


Soutenez notre mission !

La Communauté vit du partage des revenus du travail de ses membres mais, surtout, du soutien de ses Alliés, amis et bienfaiteurs. En faisant une donation, vous nous aidez à porter nos missions, en France et au Togo, et à faire grandir le Royaume.


A lire aussi

Mis en avant

La conférence « Accompagner les dernières heures de la vie » est aussi par Zoom !

Mercredi 9 mars à partir de 20h, aura lieu la première de nos conférences de carême, en présentiel, mais aussi par Zoom :

« Accompagner les dernières heures de la vie »

par le docteur Xavier Mattelaer, médecin responsable des Soins Palliatifs de la Clinique de la Toussaint à Strasbourg

Lorsque nous sommes prévenus de l’imminence du décès d’un être cher, il est difficile d’en être le témoin passif. Comment comprendre ce qu’il vit ? Comment l’accompagner dans les dernières heures de sa vie ? Et surtout, quel sens donner à l’attente parfois si longue de cette issue que l’on sait à la fois inéluctable et douloureuse ?

Les conférences se dérouleront en présentiel au Centre d’Accueil de la Thumenau avec, en simultanée, la possibilité d’assister et d’intervenir à distance par Zoom.

Après inscription, vous recevrez par email un lien d’accès à la conférence. Ce lien va s’afficher aussi directement pour un accès immédiat si la salle virtuelle de conférence est déjà ouverte.


A lire aussi

Demande de mort: comment répondre?

Un nouvel article dans notre série « Santé et société ». Maurice est atteint d’une maladie neurologique dégénérative rapidement évolutive ; sachant sa fin proche, il contacte l’équipe mobile de soins palliatifs pour l’accompagner dans la rédaction de directives anticipées. C’est un intellectuel de haute volée mais le sujet est délicat, il désire mourir dignement, en épargnant les siens, peut-il anticiper, quoi, comment ?

Les soins palliatifs aujourd’hui

Le Docteur Claire Fourcade ouvrait ainsi le 28e congrès de soins palliatifs de Valenciennes en septembre 2021: « Je ne peux pas, nous ne pouvons pas être sourds aux débats de notre société, à ses évolutions, à ses demandes (…) Nous allons peut-être devoir aller là où nous n’aurions pas voulu aller… »

Mis en avant

Semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens

Un partage du P. Bernard Bastian pour la Semaine pour l’Unité des Chrétiens.

Aujourd’hui, 18 janvier 2022, commence la semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens. En 1964, Roger Schutz, Prieur de Taizé (qui est mort assassiné par une déséquilibrée), a écrit :

Laïcs ou théologiens qui ont reçu vocation à l’œcuménisme doivent constamment regarder aux petits, aux humbles du peuple de Dieu… Dans ce regard jeté sur les humbles, nous devons nous rappeler la vision prophétique par laquelle il a été donné à la Vierge Marie de pouvoir annoncer que, par la venue du Christ, les faibles et les petits sont élevés, les puissants et les forts abaissés — et nous, hommes d’Église, ne sommes-nous pas souvent les forts de ce monde ?

Frère Roger

Quand, le Père Roger Schutz a écrit cela en 1964, il ignorait qu’en 2005, le Pape Jean-Paul II écrirait :

Le devoir de rétablir la pleine unité de tous les baptisés ne repose pas seulement sur les rares spécialistes qui s’occupent d’œcuménisme ; il est la tâche de chaque chrétien, de chaque diocèse, de chaque paroisse, de chaque communauté d’Eglise. Tout le monde est obligé d’entreprendre cette tâche et doit prendre à cœur la prière de Jésus, que tous soient un. Tout le monde est appelé à la prière et à agir dans l’intention de l’unité des disciples du Christ.

Jean-Paul II (« Mon dernier livre de méditations pour le troisième millénaire », éditions du Rocher)

À l’occasion de la semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens, il ne faut pas oublier le Père Alexandre Men. En 1990, lors de la première fête de Pâques après la chute du mur de Berlin, Alexandre Men, prêtre orthodoxe, a été invité par l’église baptiste russe, dans le stade olympique de Moscou. Quelques mois plus tard, le 9 septembre 1990, Alexandre Men a été lâchement assassiné.

Que l’Esprit Saint agisse avec puissance afin que la prière de Jésus : « Qu’ils soient UN… » soit enfin exaucée !

Cet article appartient à la série de partages « Que tous soient un ».


A lire aussi

Mis en avant

Deuxième Dimanche

En ce deuxième dimanche de l’Avent, nous vous proposons de relire cet édito lumineux, publié par Dominique Greiner, assomptionniste et rédacteur en chef religieux au quotidien « La Croix ». Ce texte nous invite à ne pas céder à la défiance généralisée, qui empêche la communion et la fraternité. Dieu, par le mystère de Son incarnation, nous a confié sa confiance !


Le temps de l’Avent nous est donné pour préparer la venue du Sauveur. Mais qu’est-ce que Dieu vient sauver ? De quoi veut-il nous sauver ? Qu’est-ce qui a donc besoin d’être sauvé, en moi, dans le monde ? Je me pose souvent ces questions en méditant les Écritures et en essayant de faire le lien avec la vie de tous les jours.

Dans ce temps que nous vivons, il me semble que notre monde a besoin d’être sauvé de la défiance. En effet, aujourd’hui, on se méfie de tout : de la politique et de ses responsables, de la science et de ses experts, des médias et des journalistes, de l’Église et de ses ministres, des étrangers, de ceux qui ont d’autres croyances que les nôtres…

Bien sûr, nous avons besoin d’esprit critique. Mais la défiance généralisée est une plaie. Sans un minimum de confiance, il n’y a plus de vie commune possible. Cela débouche immanquablement au repli : sur soi, sa famille, sa tribu, sa cité, son camp, ses intérêts, ses envies, sa religion, sa nation…

C’est précisément de cela que Dieu veut nous sauver. En s’incarnant, il témoigne de sa profonde confiance en l’humanité. Il sait qu’elle est capable de faire le bien. En nous faisant le don de sa confiance, Dieu vient au secours de nos défiances. Il nous comble de sa confiance pour combler nos manques en la matière et nous délivrer de la tentation du repli. Il nous confie sa propre confiance pour que nous en soyons témoins. Toute la liturgie du temps de l’Avent nous y prépare.

Dominique Greiner (paru sur Croire-La Croix du 1 Décembre 2021)


En ce deuxième Dimanche de l’Avent, avec les prophètes, ayons confiance en ce qui se prépare : « les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu » (Lc 3, 5-6)

A lire aussi

Un allié de choix

Tous les plus beaux cadeaux viennent d’en haut.

Lettre de Jacques 1, 17

Les nombreux pucerons n’ont qu’à se tenir : une nouvelle génération de coccinelles se prépare…

Chaque semaine, découvrez dans cette série de partages une photo inspirante prise à la Thumenau, accompagnée d’une citation. Bon voyage !


A lire aussi

Grandir en liberté

Le petit plant de tomate: Si vous vous attachez à la parole que je vous ai annoncée, alors vous serez mes disciples. Vous comprendrez la vérité, et la vérité fera de vous des hommes libres (Jn 8, 31-32)

Sortir de ses platebandes

Personne ne mûrit ni n’atteint sa plénitude en s’isolant. Cette fleur a choisi la meilleure part : elle sort de ses platebandes pour aller à la rencontre d’autres horizons.

Revivez la conférence du Pasteur Stéphane Kakouridis : « L’Esprit Saint, notre consolateur »

La quatrième conférence de notre parcours « Une Force viendra… » donnée le mercredi 18 mai 2022 par le pasteur Stéphane Kakouridis a été diffusée en direct sur Facebook. Revivez cette expérience intense et unique ici sur notre site ou sur notre page Facebook.

Nous découvrirons à travers les Saintes écritures toute la force et la richesse de la consolation qu’apporte le Saint Esprit et comment l’accueillir avec largesse.


Stéphane Kakouridis est pasteur de la Communauté Saint-Nicolas à Strasbourg, une communauté de l’UEPAL, de sensibilité charismatique et à vocation œcuménique. Il intervient dans différents milieux d’Eglise, de toutes confessions et dénominations, pour partager sa passion pour l’Evangile, la vie dans l’Esprit et l’unité des chrétiens à travers l’enseignement, la prédication et l’animation de retraites spirituelles. 


La prochaine conférence aura lieu le mercredi 25 mai 2022 et sera tenue par FRERE ANTOINE EMMANUEL, vous pouvez vous inscrire sur ce lien. Voir ici le programme complet de notre cycle de conférences « Une Force viendra… »


A lire aussi

Tout petit devant Toi Seigneur

Durant notre marche vers Pentecôte avec le parcours « Une force viendra… », nous voulons aussi témoigner ensemble de l’action de l’Esprit-Saint dans nos vies et nous laisser enseigner, encourager les uns par les autres.

Communautaires, alliés, amis, proches de la Communauté osent le partage et disent comment l’Esprit-Saint œuvre en eux… Pourquoi pas vous?! Envoyez-nous votre témoignage : partagez@puitsdejacob.com.

Suite à l’enseignement de Monique du 27 avril, je voudrais témoigner de la puissance de l’Esprit Saint que j’ai expérimentée. En effet lorsque la communauté m’a demandé de prendre la responsabilité de la Retraite d’Introduction à la Vie dans l’Esprit, j’ai pris du temps pour réfléchir et j’ai demandé au Seigneur de me guider dans cette décision. En tant qu’homme je donnais mon oui, mais je voulais donner ma réponse en tant que « fils du Père ». J’ai reçu dans mon cœur cette phrase « Tu as quelque chose à donner dans cette retraite ». J’ai donc accepté, mais je me sentais bien petit et pauvre devant une telle responsabilité. J’ai dit au Seigneur « Je m’engage avec Toi et je compte sur Toi, sur ton Esprit Saint pour assurer cette tâche ».

J’ai formé l’équipe d’animation, nous étions tous des petits et notre force nous l’avons trouvée dans le Seigneur qui nous a rempli de son Esprit Saint. Oui durant toute cette retraite, le Seigneur nous a accompagnés avec l’Esprit Saint bien au-delà de nos espérances. Il nous a comblés, donné à profusion ce dont nous avions besoin. Et cette puissance de l’Esprit Saint j’ai pu l’expérimenter, le voir dans ma vie de tous les jours, dans mes tâches quotidiennes et familiales.

Cette responsabilité m’a fait grandir dans ma foi et je peux reprendre les paroles de saint Paul : « quand je suis faible, c’est alors que je suis fort » (2Cor 12,10). Tout au long de ce parcours je n’ai jamais cherché à vouloir tout maîtriser ou à porter tout seul, mais j’étais porté dans ses bras, porté par l’Esprit Saint. Quelle merveilleuse expérience que cette puissance de l’Esprit Saint dans ma vie.

Claude, allié de la Communauté


A lire aussi

La RIVE

Retraite d’Introduction à la Vie dans l’Esprit et post-RIVE, animée par Claude Krieger et une équipe. Du 20 octobre au 15 décembreLire la suite « La RIVE »

On connaît Jésus quand on connaît l’expérience du cœur brûlant

Une homélie du P. Bernard Bastian, spécialement sélectionnée pour le parcours de Pâques à Pentecôte « Une force viendra… ». 

L’expérience est le « BABa » du christianisme. Jésus explique les Ecritures pour s’expliquer lui-même. Soyons des témoins de la Rencontre avec le Christ, avant que d’être des annonciateurs d’une doctrine. Notre foi est un corps à corps !

Homélie du 8 Mai 2011
Textes : Ac 14,2-36 ; Lc 24,13-35

Toutes les homélies →


A lire aussi

Un allié de choix

Tous les plus beaux cadeaux viennent d’en haut (Jc 1, 17): Les nombreux pucerons n’ont qu’à se tenir : une nouvelle génération de coccinelles se prépare…

Frère Antoine Emmanuel, fmj : « Ces ossements peuvent-ils revivre ? »

Mercredi prochain, 25 mai 2022, à 20h30 aura lieu la cinquième conférence de notre parcours de Pâques vers Pentecôte « Une Force viendra… », en présentiel au centre d’accueil de la Thumenau ou à distance par Zoom.


En vous inscrivant, vous recevrez par email un lien d’accès personnalisé. Il est nécessaire d’installer le logiciel Zoom pour participer aux groupes de partage en ligne.

Mercredi 25 mai – 20h30 –FRÈRE ANTOINE-EMMANUEL, fmj
« Ces ossements peuvent-ils revivre ? »

C’est Dieu Lui-même qui pose cette question à Ézéchiel. Ce qui se traduit aujourd’hui en ces termes : « Tu vois dans quel désastre se plonge l’humanité ? Alors, une vie nouvelle est-elle encore possible ? Comment la vie peut-elle jaillir de la mort ? » Une lecture attentive du chapitre 37 d’Ézéchiel nous en dit long sur l’impossible qui devient possible, jusqu’au plus intime de nos vies. Par l’œuvre inattendue et toujours nouvelle de l’Esprit Saint.

Frère Antoine-Emmanuel est moine de la Fraternité Monastique de Jérusalem à Florence.


La prochaine et dernière conférence aura lieu le Mercredi 1 Juin 2022 et sera tenue par SŒUR DANIELLE. Voir ici le programme complet de notre cycle de conférences « Une Force viendra… ».


Soutenez notre mission !

La participation à la conférence est gratuite mais vous pouvez nous soutenir par un don. La Communauté vit du partage des revenus du travail de ses membres mais, surtout, du soutien de ses Alliés, amis et bienfaiteurs. En faisant une donation, vous nous aidez à porter nos missions, en France et au Togo, et à faire grandir le Royaume.


A lire aussi

Le don de conseil

Pour le parcours « Une force viendra… », un texte du P. Louis Lallemant s.j., accompagné d’une proposition d’exercices spirituels pour la semaine… Pour mener notre vie dans l’élan du Saint Esprit demandons lui ses dons et particulièrement le don de conseil qui nous inspire ce que nous avons à faire et comment nous avons à le faire.

Le don de conseil regarde la direction des actions particulières. C’est une lumière par laquelle le Saint Esprit montre ce qu’il faut faire dans le temps, dans le lieu et les conjonctures où l’on se trouve. En quoi il est aisé de voir combien il est nécessaire, puisque ce n’est pas fait de savoir qu’une chose est bonne en soi, il faut encore juger si elle est bonne dans les circonstances présentes et si elle est meilleure qu’une autre et plus propre pour la fin qu’on prétend ; et c’est ce que l’on connaît par le nom de conseil. […]

Ainsi la conduite la plus sûre est celle qu’on reçoit du Saint Esprit par le don de conseil, et nous n’en devrions point suivre d’autre.

Premièrement, parce qu’en la suivant, nous sommes assurés de marcher dans la voie de Dieu et de sa divine providence.

Secondement, parce que c’est le moyen de n’errer jamais, le Saint Esprit étant la règle infaillible aussi bien de nos actions que de nos connaissances.

Troisièmement, parce que cette dépendance de la direction du Saint Esprit nous fait vivre dans un grand repos, sans inquiétude et sans soucis, comme les enfants d’un prince, qui ne se mettent point en peine de leur table, ni de leur train, ni de tout ce qui regarde leur entretien, se reposant en tout cela sur le soin du prince leur père. […]

Nous avons besoin d’un excellent don de conseil, parce que nous sommes beaucoup dans l’action. Et si ce don du Saint Esprit nous manque, nous ne ferons rien qu’avec bien des fautes, et toute notre conduite sera purement humaine. Nous n’agirons que par le principe d’une adresse naturelle ou d’une prudence acquise. Nous ne suivrons que les inventions de notre esprit, qui sont pour l’ordinaire, fort opposées à l’Esprit de Dieu.

Il faut demander le matin au Saint Esprit son assistance pour toutes les actions de la journée, reconnaissant humblement notre ignorance et notre faiblesse, et protestant de suivre sa conduite avec une pleine et entière soumission d’esprit et de cœur.

Ensuite, au commencement de chaque action, il faut encore demander la lumière du Saint Esprit pour bien la faire et à la fin demander pardon des fautes qu’on aura commises. De cette manière on se tient pendant tout le cours de la journée dépendant de Dieu, qui seul sait les occurrences particulières où nous devons nous trouver et par conséquent nous peut plus sûrement conduire en toutes occasions par son conseil que par toutes les autres lumières soit de foi ou des autres dons qui ne descendent pas tant au cas particulier. La pureté du cœur est un excellent moyen pour obtenir le don de conseil.

*Texte extrait de : Louis Lallemant, Doctrine spirituelle, DDB (Paris, Bellarmin, St-Laurent), coll. Christus,  nouvelle édition augmentée, établie et présentée par Dominique Salin, s.j. (2011)


Exercices pour cette semaine

Demander au Saint Esprit le don de conseil et repérer en quoi cela m’a aidé et éclairé.


A lire aussi

Grandir en liberté

Si vous vous attachez à la parole que je vous ai annoncée, alors vous serez mes disciples. Vous comprendrez la vérité, et la vérité fera de vous des hommes libres.

Jean 8, 31-32

Le plant de tomate dans la serre aura la largesse de pousser, guidé par la ficelle qui vient d’en haut.

Chaque semaine, découvrez dans cette série de partages une photo inspirante prise à la Thumenau, accompagnée d’une citation. Bon voyage !


A lire aussi

Nouvelle naissance

Chaque semaine, découvrez dans cette série de partages une photo inspirante prise à la Thumenau, accompagnée d’une citation. Personne ne peut entrer dans le Royaume de Dieu…

Une vulnérabilité heureuse

Chaque semaine, découvrez dans cette série de partages une photo inspirante prise à la Thumenau, accompagnée d’une citation. Heureux les pauvres de coeur…

Sortir de ses platebandes

Personne ne mûrit ni n’atteint sa plénitude en s’isolant. Cette fleur a choisi la meilleure part : elle sort de ses platebandes pour aller à la rencontre d’autres horizons.

Quelle action de grâces demeure 20 ans après? (3ème partie)

Dans notre série autour des 20 ans de la Communauté au Togo, nous poursuivons notre découverte du témoignage de Caroline, après les première et deuxième parties. Caroline chemine aujourd’hui avec son mari Yvan vers un engagement en communauté. Elle a passé 2 ans au Togo de 2002 à 2004.

Notre petite fraternité avait de quoi s’occuper.  Il y avait cette maison à construire… Cécile, Bertrand et Claude étaient sur le chantier tous les jours, tous les matins. Moi pas, pour qu’on n’y soit pas tous, tout le temps. Si au départ j’ai pu avoir la sensation d’être mise de côté, j’y ai rapidement trouvé des avantages. D’une part, comme j’y allais quand même une fois par semaine, le jeudi, et je constatais, semaine après semaine, combien les travaux avançaient vite, finalement ! je n’avais jamais suivi de chantier en France, mais je me souviens bien combien j’étais impressionnée par cette mer de briques, le long du chantier. Les parpaings étaient réalisés, démoulés, et entreposés sur place. (pour un bâtiment de 1000 m² au sol : il en fallait un paquet !!! ) et il fallait les laisser sécher… et les murs montaient, et il y en avait de nouveau toujours autant ! Il y a eu aussi ces incroyables chaînes de seaux de bétons, pour couler les dalles : pas de camion toupie, juste deux bétonnières, (une de chaque côté du bâtiment), une quinzaine de brouettes (sur le “plancher” de coffrage), l’échafaudage où les seaux passaient de mains en mains entre la bétonnière et les brouettes, sous les feux de puissants projecteurs. 24h de relai non-stop pour couler cette dalle, dont une douzaine de nuit ! incroyable ! Et que dire de la forêt d’étais pour soutenir cette dalle ? Le chantier avait pris du retard en raison de la difficulté, entre autres, de fournir tout ce bois de coffrage, tous ces étais…

Et puis il y avait tout le travail pour meubler et équiper cette maison. Pas d’Ikea, ni de Conforama… quand tu veux un meuble, tu commences par chercher du bois, sec de préférence, puis un artisan. Tu viens avec ton modèle, tu te mets d’accord avec lui sur le montant à payer, sur la date de “réception” et tu reviens chercher ta commande quand elle est prête… c’est moins “immédiat”, il faut s’attendre à des délais, mais du coup, c’est aussi du “sur mesure”.  Il faut choisir les tissus, les mousses de rembourrage… ça occupait aussi… Il existe une expression africaine plutôt amusante sur le “temps”, quand on est européen et qu’on a l’habitude du “ tout et tout de suite”, et qu’il faut apprendre à prendre son mal en patience, les togolais disent : “vous, les européens, vous avez les montres, nous, on a le temps”.


C’est un vrai apprentissage d’apprendre à ne plus calculer, compter, rationaliser, pour accueillir ce que le Seigneur nous propose.

Togo, terre de conversion !

En plus de la construction de la maison, nous avions un autre grand chantier :  construire un réseau relationnel de frères et sœurs autour de nous. Il y avait des rencontres avec les frères et sœurs du Renouveau charismatique, chaque quartier de Sokodé ayant son propre groupe de prière charismatique. Nous “visitions” aussi les différentes réalités ecclésiales, les dispensaires, les congrégations religieuses, les presbytères, nous participions aux rassemblements proposés. Parfois par hasard : je me souviens que nous sommes restés au mariage de quelqu’un que nous ne connaissions pas, simplement parce que nous étions là ce jour là pour faire “voir du pays” à des amis qui étaient de passage, et les mariés ont insisté pour que nous restions pour le repas et la fête ! c’était juste incroyable pour moi (6 inconnus qui se rajoutent à la noce !), mais “normal” pour eux. Au contraire, ils se disaient honorés que nous restions, notre présence étant perçue comme une bénédiction ! c’est un vrai apprentissage d’apprendre à ne plus calculer, compter, rationaliser, pour accueillir ce que le Seigneur nous propose. Togo, terre de conversion ! On a tellement l’habitude de mesurer, de comptabiliser, pour gagner… du temps ? de l’efficacité ? “Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu.” 


Cette première année au Togo a aussi été pour moi un vrai temps de formation. J’ai énormément lu, j’ai énormément appris. Je ne suis pas une lectrice assidue, mais il faut bien avouer que lire occupe avantageusement le temps, spécialement quand il n’y a plus de courant (et que tout projet “informatique” devient caduque)… Nous partions aussi une fois par semaine en exploration avec Sr Cécile, à pied, dans les différents quartiers. C’était des moments assez épiques, mais que de belles rencontres en chemin…

J’étais aussi devenue très forte en botanique tropicale. Une partie de mon temps servait à rédiger le “journal de bord”, pour laisser une trace de nos avancées /aventures…

Un jour, le piano (électrique) de Cécile est arrivé. Ça a été l’occasion pour moi de m’y “remettre”, et de me mettre à chanter un peu plus… Cette année a été tellement étonnante. 


Un événement important pour moi a eu lieu quelques semaines après notre arrivée. En acceptant ce projet de venir au Togo, je savais que je partais pour au minimum 2 ans. D’une certaine façon, on parle d’un déménagement… si je n’emportais pas de meubles, j’avais sélectionné un certain nombre d’affaires “précieuses à mon cœur”, qui ne voyageraient pas en avion avec moi, et qui étaient parties 1 mois plus tôt par container. Toute ma petite vie réduite à une cantine et 4 cartons… vêtements, photos, petit électroménager… que sais-je… des choses plus ou moins utiles… des choses auxquelles je tenais et que je ne pouvais pas laisser… Dans la cantine, les choses précieuses et fragiles, dans les cartons, des affaires moins “importantes”… 

Avec Claude, nous avions rejoint Cécile et Bertrand juste après Pâques… on était dans ce temps entre Pâques et Pentecôte, portés par les lectures des Actes des apôtres, par la joie d’être arrivés, par l’élan de notre nouvelle fraternité qui commençait, par la louange “à tout va”…  Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Et puis le grand jour est arrivé : le container était arrivé sur Lomé… encore qq jours de patience, et les “affaires” personnelles seraient là, donnant au séjour un caractère moins provisoire… et ce jour-là, en faisant le compte des “paquets” arrivés :  oups…  il manque une cantine… il manquait ma cantine

Il m’a fallu faire le choix de “continuer”, de recommencer la louange, de recommencer à dire au Seigneur que je mettais ma confiance en lui, qu’Il restait mon Seigneur, et que je voulais continuer à marcher à sa suite au Togo.

C’était le chemin de la paix.

Quelques coups de fils : si si, les deux cantines étaient bien arrivées à Lomé, les deux cantines étaient bien re-parties de Lomé, mais une seule était arrivée (celle de Claude), et la bâche du camion s’était déchirée… mon cœur aussi… tristesse, colère, incompréhension, rancœur… tout ce flot d’émotions négatives venait bouleverser l’aventure… je ne me connaissais pas matérialiste à ce point… limite j’en avais honte … l’action de grâce s’était tarie dans mon cœur et dans ma tête… je me sentais “amputée”… et pourtant, le soleil brillait toujours autant, les gens nous souriaient toujours autant, la vie continuait… l’amour du Seigneur se donnait encore, toujours, mais moi, j’en étais un peu moins persuadée…  Il m’a fallu un peu de temps pour “digérer” le « drame »… je ne me souviens pas d’un évènement particulier, ni d’une parole qui m’ait remise en route, mais je me souviens qu’à un moment donné, il m’a fallu faire le choix de “continuer”, de recommencer la louange, de recommencer à dire au Seigneur que je mettais ma confiance en lui, qu’Il restait mon Seigneur, et que je voulais continuer à marcher à sa suite au Togo. C’était le chemin de la paix. Et deux ou trois semaines plus tard, contre toute attente, un matin, nous avons reçu un coup de fil d’une association humanitaire indienne qui travaillait sur Lomé, et qui avait “récupéré” ma cantine quand ils l’ont vue tomber du camion suite à un nid de poule… !?!  Surréaliste !! c’est juste qu’ils n’avaient pas eu le temps de s’en occuper plus tôt et qu’il leur avait fallu un peu de temps pour nous retrouver. (Les moyens de communication et internet n’étaient pas aussi développés à l’époque, et surtout nous n’étions pas encore implantés non plus ! j’ai rendu grâce à Dieu pour leur ténacité !)  Incroyable ! là, pour le coup, quand on dit que le Seigneur peut tout !? 

Cette aventure-là a été pour moi une belle façon d’apprendre à me détacher du “matériel”… que cette cantine « réapparaisse » !? tout au plus on pouvait timidement l’espérer, mais qui y aurait cru ? Quelle leçon de confiance ! jamais facile à vivre sur le moment, mais je reste persuadée que quand on choisit le Seigneur, Il répond. Il nous ouvre des chemins que nous ne soupçonnions pas, il marche avec nous. Tout est dans sa main. Confiance. TTC ! 

Caroline


A lire aussi

Revivez la conférence du P. Bernard Bastian: « Laissez-vous conduire par le Saint Esprit »

La troisième conférence de notre parcours « Une Force viendra… » donnée le Mercredi 11 mai 2022 par le P. Bernard Bastian a été diffusée en direct sur FaceBook. Revivez cette expérience intense et unique ici sur notre site ou sur notre page FaceBook.

Vous pourriez aussi être intéressés par ces dialogues entre le P. Bernard Bastian et Carlos Payan sur la chaîne YouTube « Paris tout est possible » (première et deuxième soirée) ou par ce magnifique témoignage personnel du P. Bernard, livré récemment à la rencontre internationale de « Chrétiens témoins dans le monde ».

L’Esprit Saint met en nous un cœur filial qui bat au rythme de celui de Jésus. Il nous faut donc apprendre à reconnaître la petite voix du Saint-Esprit qui parle à l’intérieur de nous.


Le Christ de chair est en Dieu, c’est à dire toutes nos chairs sont en Lui…

Rentrez dans le plus profond de votre intérieur et n’en sortez jamais… La signature de l’Esprit Saint c’est : amour, paix et joie ; en plein monde, retirés dans votre profondeur

P. Bernard Bastian

Le P. Bernard Bastian est membre de la Communauté du Puits de Jacob depuis de nombreuses années. Par son ministère de prêtre, de prédicateur et d’accompagnateur personnel, par sa vie en fraternité aussi, il a acquis une grande expérience spirituelle qu’il aime mettre au service de tous les assoiffés de Dieu.


La prochaine conférence aura lieu le Mercredi 18 Mai 2022 et sera tenue par STÉPHANE KAKOURIDIS, vous pouvez vous inscrire à ce lien. Voir ici le programme complet de notre cycle de conférences « Une Force viendra… »


A lire aussi

« Vous êtes témoins… »

Carlos Payan, qui vient de donner la deuxième conférence de notre parcours vers Pentecôte, anime sur son canal YouTube très suivi, l’émission « On reste ensemble dans la Foi ! ». Après une première participation en octobre, le P. Bernard Bastian a dialogué une deuxième fois avec Carlos sur le thème : « être témoins… ». Voilà ici la vidéo de son intervention complète (1h20 environ).



A lire aussi